lettre ouverte pornographie
6thAvr

Lettre ouverte à des étudiants sur la pornographie

Lettre ouverte d’un professeur à ses étudiants de dernière année par rapport à la pornographie.

« Notre désir en tant qu’êtres humains est comme une piscine sans fond qui cherche toujours à être remplie d’eau. L’un des aspects de ce désir est l’envie d’être uni au corps d’un autre être humain. Nous sommes excités lorsque nous voyons une belle personne qui nous attire. Cela fait partie de la nature humaine depuis la nuit des temps. Mais que recherchons-nous en fin de compte lorsque nous voyons une personne qui nous attire ? Qui est-elle, et est-il même possible de la connaître pleinement ?

Votre petite amie, dans la plénitude de son identité, devient un signe de la vérité de ce que vous êtes tous les deux et de la bonté pour laquelle vous avez été créés. Notre désir d’union corporelle dans le mariage nous renvoie à notre besoin d’achèvement total en étant unis à Dieu.

Parfois, ce désir de voir la vérité et la bonté de la personne qui nous attire peut s’emmêler avec nos pulsions instinctives, nous faisant perdre de vue, la totalité de ce que nous désirons vraiment. Cette réduction du désir nous conduit parfois à nous contenter de ce qui est moins beau et moins vrai.

La pornographie nous montre des images d’êtres humains qui servent uniquement à satisfaire nos pulsions instinctives. La sécurité de regarder un autre être humain à travers la protection d’un écran nous permet de recevoir un plaisir instinctif sans avoir à accepter la réalité, la liberté et la plénitude de l’autre personne. Au lieu de prendre le risque d’entrer dans l’intimité de quelqu’un qui est « autre », qui est différent de moi et que je ne peux pas contrôler, je peux utiliser cette personne, « casser » un morceau de ce qu’elle offre et laisser derrière elle le reste de son identité.

Mais est-ce vraiment ce que nous désirons ? Oui, utiliser une autre personne de cette manière est plus pratique que de s’engager dans une relation sérieuse avec elle et de prendre le temps d’apprendre à la connaître, y compris ses grandes et moins grandes qualités. Oui, le porno peut satisfaire notre faim immédiate… mais ne voulons-nous pas plus que d’être rassasiés pour le moment ? Ne voulons-nous pas que notre faim soit pleinement satisfaite ?

Nous ne pouvons pas connaître cette plénitude lorsque nous réduisons la personne à un objet à utiliser. Nous ne découvrons Dieu, qui satisfait pleinement notre faim, que lorsque nous respectons l’identité entière de l’autre. La personne cesse d’être un signe de Dieu lorsque nous l' »utilisons et abusons » d’elle comme un objet. En réalité, elle n’est pas un objet à utiliser, même si elle y consent. Ce n’est pas ce qu’elles sont ou ce pour quoi elles ont été créées.

Lorsque nous utilisons les autres pour satisfaire nos désirs instinctifs, c’est comme si notre corps nous mentait. Les mensonges peuvent avoir un impact non seulement sur notre vie personnelle, mais aussi sur la société de manière grave. Regardez la traite des esclaves africains. Les êtres humains étaient réduits à l’état d’objets : ils étaient utilisés comme main-d’œuvre sans compensation ; ils étaient achetés et vendus ; battus et tués. Selon de nombreuses personnes, l’industrie du porno est considérée comme une forme moderne d’esclavage en raison de la façon dont les acteurs sont perçus et traités – comme des entités moins qu’humaines destinées à être utilisées par d’autres personnes.

Par-dessus tout, la pornographie asservit le spectateur. Plus vous vous habituez à « casser des morceaux » de personnes, plus votre capacité à voir la plénitude de l’autre personne est affaiblie ; votre capacité à la connaître est « abrutie ». C’est comme lorsque vous vous relâchez à la salle de sport : si vous ne vous donnez pas à fond dans une séance d’entraînement, vos muscles s’affaiblissent. Et si vous ne suivez pas un régime alimentaire sain, votre corps aura du mal à conserver sa force. Si vous réduisez la « plénitude » de votre corps, vous ne serez pas en mesure de conserver l’endurance nécessaire pour profiter des sports que vous pratiquez ou des activités auxquelles vous participez.

De la même manière, lorsque vous regardez du porno, vous affaiblissez votre capacité à utiliser votre raison. Le porno nourrit vos désirs instinctifs, et n’engage pas votre raison. La raison vous donne une vision claire, alors que votre instinct rend tout flou. Sans raison, vous ne pouvez pas avoir de relations réelles et significatives avec d’autres êtres humains. Le porno vous enferme dans un monde imaginaire qui n’est ni réel ni significatif. Ce n’est que lorsque nous regardons la réalité en utilisant notre raison que nous pouvons trouver la présence de Dieu – qui promet de combler votre désir d’une manière qui dépasse vos fantasmes les plus fous ! « 

Stephen Adubato est enseignant de théologie à St. Benedict’s Prep à Newark, New Jersey.

Si vous avez été touchée par cette lettre ouverte sur la pornographie, n’hésitez pas à nous en parler via le chat (anonyme et gratuit). Nous somme-là pour vous !

Pour aller plus loin :

Laisser un commentaire.