28thSep

Proxénétisme 2.0 : le business vertigineux des plateformes porno

Dans son rapport choc l’Enfer du décor, le Sénat français donne des chiffres vertigineux sur le business lucratif du porno et fait le lien avec un proxénétisme 2.0. Certaines plateformes ont vu leur fréquentation augmenter de 75 % en 2020, avec un chiffre d’affaires en pleine explosion ! Extraits.

Le bandeau « interdit au -18 ans » est la plupart du temps purement théorique.

Auditionnée le 20 janvier 2022, Céline Piques, porte-parole d’Osez le féminisme ! a indiqué aux membres de la délégation du Sénat que « tout un pan de la pornographie et de la prostitution se développe aujourd’hui sur des plateformes alternatives, le proxénétisme 2.0. À l’origine, les consommateurs payaient pour accéder à des comptes de célébrités publiant des contenus « exclusifs ». Ces vidéos font littéralement de la publicité pour la prostitution et la pornographie. Elles incitent les jeunes filles, parfois mineures, à ouvrir un compte. Vous commencez à faire de la « cam » porno, ou des vidéos à caractère sexuel, les proxénètes et clients prostitueurs y recrutent ensuite des mineures ou des jeunes femmes. Un débat a porté sur le fait que ces plateformes deveraient bannir les contenus sexuels, ils ont failli le faire en octobre dernier, mais ils ont fait machine arrière en se rendant compte que leur business model allait s’effondrer s’ils le faisaient. »

Twitter et Instagram servent de filets

Le modèle économique de ces nouvelles plateformes numériques permettant le partage de contenus pornographiques est très différent de celui des « tubes » : les personnes qui détiennent un compte sur ces plateformes peuvent mettre en ligne leurs propres vidéos à caractère sexuel, souvent filmées avec un simple smartphone, et les vendent directement aux consommateurs, soit à l’unité soit via un système d’abonnement. La première plateforme mondiale (dont on taira le nom pour ne pas lui faire de publicité) et qui héberge ces contenus, prélève une commission estimée entre 20 et 50 % des revenus générés par leur diffusion. Ainsi, cette plateforme propose le plus souvent à ses utilisateurs de s’abonner à des profils de « personnalités » afin de leur donner accès à des contenus pornographiques « exclusifs », pour un tarif pouvant varier de 4,99 à 49,99 dollars par mois en moyenne ! Les producteurs de contenus invitent généralement leurs abonnés à les rejoindre sur cette plateforme depuis d’autres sites ou réseaux sociaux tels que Twitter ou Instagram…

Entre 500 et 1 million de femmes se prostituent sur Internet avec le business du porno

Des enfants aussi vendent des vidéos explicites via les plateformes porno (lire plus bas).

Dans un article daté du 22 mai 2020, publié sur le site capital.fr, intitulé : « Les secrets des GAFA du sexe », le journaliste Jacky Goldberg indique au sujet de ces nouvelles plateformes de partage de contenus personnalisés : « le marché de ces sites, surnommés clipsites ou fansites, est estimé pour l’instant à 0,5 milliard de dollars, mais il ne cesse de croître. (…) les candidates sont chaque jour plus nombreuses. « Il y a dans le monde entre 500 000 et un million de femmes qui vivent de ce business du porno », calcule un PDG d’hébergeur de porno, c’est colossal ». Le journaliste poursuit en précisant qu’une des utilisatrices de la plateforme lui a révélé que son seul compte sur cette plateforme lui avait rapporté, en 2019, 150 000 dollars une fois retranchés les 20 % de commission et que, pour toucher une telle somme dans le circuit classique de la pornographie, il lui aurait fallu tourner 100 scènes à son tarif habituel de 1 500 dollars.

Lors de la table ronde du 3 février 2022 autour de chercheurs et de juristes sur la production de contenus pornographiques, Béatrice Damian-Gaillard, docteur HDR en sciences de l’information et de la communication, professeure à l’Université Rennes 1, chercheuse à Arènes (laboratoire CNRS), a précisé devant la délégation que « les acteurs et actrices comptent de plus en plus sur les revenus qu’ils tirent, non plus des contrats avec les studios, mais des rémunérations qu’ils ou elles reçoivent sur leurs comptes personnels depuis les plateformes. Les montages juridiques et économiques des structures vont donc aujourd’hui d’acteurs qui sont autoentrepreneurs à des groupes multinationaux. »

Un chiffre d’affaire de 2,5 milliard de dollars et 5 milliards reversés aux créateurs de contenus porno

Fondée au Royaume-Uni en 2016, la première plateforme mondiale de partage de contenus porno, qui visait à l’origine des fans de musique en leur proposant de suivre au plus près leurs artistes préférés, a commencé à attirer les producteurs de contenus à caractère sexuel et pornographique après son rachat en 2018 par le propriétaire d’un site de streaming vidéo pour adultes. Aujourd’hui, la plateforme affirme verser annuellement plus de 5 milliards de dollars à ses 1,5 million à 2 millions de créateurs de contenus dans le monde. Cette plateforme a vu sa fréquentation augmenter de 75 % en 2020, bénéficiant notamment de la crise sanitaire et des confinements successifs à travers le monde. Son audience serait aujourd’hui proche des 200 millions de visiteurs mensuels. En outre, selon des projections publiées en mars 2021 par son propriétaire, la plateforme projetait de passer d’un volume de transactions de 2,2 milliards de dollars en 2020 à près de 6 milliards de dollars en 2021 et 12,5 milliards de dollars en 2022, son chiffre d’affaires devant également être multiplié par cinq pour atteindre 2,5 milliards de dollars en 2022 !

 

9 millions d’utilisateurs pour la principale plateforme française

Ainsi, des sites construits sur ce modèle avec un fonctionnement similaire basé sur un système d’abonnement pour un accès à du contenu « exclusif » pornographique se multiplient, attirés par les revenus exponentiels générés par ce type d’activités. C’est le cas par exemple d’une célèbre plateforme française proposant également du contenu exclusif à caractère pornographique : créée en 2019, elle a vu son nombre d’utilisateurs plus que doubler en 2020 et en recense à ce jour près de 9 millions, d’après des données publiées par le journal Le Monde au mois de septembre 2022.

Des plateformes qui se multiplient

De nombreuses autres plateformes analogues ont été créés pour faire concurrence à la première plateforme mondiale, qui continue toutefois à dominer le marché de la monétisation de contenus pornographiques sur Internet. Si ces sites exigent d’avoir plus de 18 ans pour être en mesure d’ouvrir un compte et de partager du contenu, il n’est pas rare(!) que des mineurs parviennent à ouvrir un compte et à créer du contenu à caractère pornographique en utilisant une fausse identité ou en usurpant l’identité d’autrui, comme l’a révélé une enquête britannique de la BBC, publiée le 27 mai 2021, intitulée Les enfants qui vendent des vidéos explicites via les plateformes porno.

« La multiplication de ces plateformes pose donc question en matière de protection des mineurs et de lutte contre la prostitution en ligne des mineurs », conclut le rapport sénatorial. Il serait pourtant très simple de mettre fin à ce proxénétisme 2.0 en interdisant l’accès à ces plateformes via les différents fournisseurs d’accès à Internet et principaux les moteurs de recherche, comme le font certains pays sur d’autres sujets.

 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Venez en parler avec nous par chat’ !

Sur le même sujet :

Laisser un commentaire.