Tanguy-Lafforgue-Coeur-Hackeur.jpgInterview de Tanguy Lafforgue, Coach et thérapeute. Diplômé de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, il a exercé comme officier dans l’Armée de terre pendant 10 ans (blindés, troupes de montagne) puis comme responsable de communication dans le monde associatif pendant 9 ans. Depuis plusieurs années, des rencontres et des événements l‘ont sensibilisé à l’addiction à la pornographie et à la problématique de l’accompagnement.  En 2018, il a décidé de se reconvertir pour s’investir dans cette cause.

 

Coeur Hacker est un cabinet qui aide de nombreuses personnes souffrant d’addictions. D’où vient ce nom ? Peux-tu nous en dire plus ?

Dès le début de l’aventure, j’ai voulu mettre le « cœur » en bonne place dans le nom et le logo de mon cabinet. Ce mot évoque à la fois l’aspiration de toute personne à aimer et être aimé, les conséquences de l’addiction sur l’affectivité, et l’exigence de s’engager avec toute sa personne pour reprendre le contrôle de soi. 

Le terme « hackeur » rappelle qu’une addiction est toujours un moyen de détourner le plaisir pour contourner une difficulté, pour anesthésier un malaise émotionnel. Mais il véhicule aussi un message positif : avec de la motivation, on peut « pirater » son addiction, mettre un grain de sable dans la machine addictive devenue incontrôlable et arrêter les comportements compulsifs. Comme je l’ai écrit sur la page d’accueil de mon site, « il est possible se reprogrammer » car le cerveau est incroyablement plastique. À condition de travailler !

Enfin, l’association ludique des deux mots a plusieurs significations : elle fait penser au « corps-à-corps », c’est-à-dire la lutte improductive contre soi-même souvent observée dans une addiction. Le « cœur-à-cœur », à l’inverse, invite à cesser ce combat interne fratricide pour mieux se retrouver soi-même, s’unifier, prendre soin de sa personne. Il dit aussi quelque chose du compagnonnage fraternel que j’ai à cœur de faire vivre à mes accompagnés. 

Quel a été l’élément déclencheur de ta reconversion ?

Une reconversion radicale comme la mienne, à 41 ans, trouve forcément ses origines assez loin. Elle s’inscrit dans un parcours cohérent et vient concrétiser des aspirations anciennes mais jusque-là non conscientisées : faire des rencontres, accompagner les autres dans le non-jugement et le respect de leur liberté, révéler le meilleur de chacun, faire une œuvre utile pour la société sans se mettre sur le devant de la scène. 

Je peux partager ici deux des principaux déclencheurs de cette reconversion. 

À partir de 2017, j’ai parrainé plusieurs jeunes qui suivaient le parcours « Libre pour aimer ». Ce livre destiné à des personnes voulant faire une démarche pour sortir de la pornographie encourage à se choisir un parrain. Pour remplir sa mission, la personne choisie n’a pas besoin d’être « compétente » : son rôle est d’abord d’écouter et encourager. J’ai tenu trois fois ce rôle de parrain dans le cadre d’une aumônerie étudiante à Aix-en-Provence. Cela a été un véritable déclic. Ma vocation d’accompagnement s’est cristallisée à ce moment-là. Assez passif avec le premier étudiant, je me suis ensuite approprié le contenu du parcours et j’ai basculé instinctivement en mode « coach » avec les deux autres. 

Ce sont aussi mes convictions et mes valeurs personnelles qui m’ont poussé dans cette direction. J’ai foi en l’homme, l’espérance m’habite. Je crois à la dignité de toute vie, de toute personne. Je suis convaincu que l’homme et la femme sont complémentaires, que la sexualité a pour fonction de renforcer la communion entre des personnes engagées dans des relations respectueuses et responsables. 

Les personnes que j’accompagne sont issues d’horizons très différents. J’accueille chacune d’elle de manière inconditionnelle, je respecte sa situation et ses valeurs, et je l’aide à atteindre ses objectifs de reprise de contrôle. 

Pour finir, voici les quatre grandes intuitions qui m’ont guidé en 2019 quand je me suis lancé :

Tu as écrit un livre : Délivré ! peux-tu nous en parler ?

Méthode pour arrêter la pornographie

« Délivré ! » est une proposition d’auto-accompagnement. Ce livre est destiné aux personnes de plus de 16 ans qui veulent reprendre le contrôle d’un comportement compulsif lié à la sexualité. La consommation de pornographie, associée en général à la masturbation compulsive, n’est – de loin – pas la seule pratique concernée. Elle est « l’arbre » qui cache une vaste forêt. En effet, il existe en réalité une grande variété de comportements sexuels, virtuels ou avec des personnes réelles : tchat, webcam, sites et applis de rencontres, histoires érotiques. Sans oublier des pratiques telles que le recours à la prostitution (on parle des « escorts », c’est moins sordide…) ou aux salons de massage. 

Délivré ! invite à une démarche d’unification et de croissance en travaillant sur toutes les dimensions de la personne : mentale (ou cognitive), émotionnelle, corporelle, comportementale et enfin spirituelle (le spirituel étant le sens que chaque personne, croyante ou non, veut donner à sa vie). Le livre déploie une méthode structurée, cohérente et progressive, que je qualifierais aussi de « globale » puisqu’elle intègre ces différentes dimensions de la personne. 

L’un des intérêts du livre est de permettre un travail de fond sur soi grâce à un assemblage d’outils et de techniques qui fonctionnent. De plus, je m’appuie sur mon expérience de thérapeute : le contenu du livre n’est pas « hors-sol », je présente des exemples et témoignages recueillis « sur le terrain ». 

Enfin, je crois qu’une des originalités du livre provient du ton employé : dédramatisant, déculpabilisant, bienveillant, encourageant – et en même temps exigeant. C’est capital ! En effet, les personnes touchées par une addiction sexuelle sont prisonnières de la honte et de la culpabilité, elles manquent de confiance en elles et de foi en leur avenir. Il faut donc les aider à retrouver un cap et reprendre contact avec leurs ressources personnelles. J’utilise volontiers l’humour et je m’adresse également au lecteur en le tutoyant (c’est un tu fraternel, pas un tu familier et démagogue). Dans mes accompagnements, j’essaie de faire vivre un véritable compagnonnage à mes patients – que j’appelle d’ailleurs mes « accompagnés ». Je souhaitais retrouver cette dimension fraternelle dans mon livre. J’espère y être parvenu !

Une petite remarque pour finir : ce qui est frappant dans ce livre, c’est qu’on peut remplacer le terme « pornographie » par « téléphone portable », « réseaux sociaux », « jeux vidéo », « séries » ou « grignotage » : dans ces domaines, les outils proposés peuvent aussi aider. Les comportements compulsifs ont des mécanismes similaires, et chacun de nous a ses petites addictions sur lesquelles il peut travailler…

Qu’est ce qui t’as poussé à écrire ce livre ?

Tout simplement, c’est le désir de rejoindre les personnes qui souffrent en secret, de leur apporter de l’espoir, de les aider à se libérer de la honte et de la culpabilité. 

Aujourd’hui, on constate que dans le domaine des addictions sexuelles les besoins thérapeutiques sont énormes (et ça ne va pas s’arranger, malheureusement) mais les offres d’accompagnement et les compétences réelles sont au contraire encore trop peu nombreuses. 

Les visiteurs de SOS Porno.net savent sans doute quelque chose des souffrances liées à une addiction sexuelle : de la honte, de la honte, toujours de la honte. Sans oublier ce mauvais sentiment de culpabilité, la sensation de ne plus contrôler ni sa vie ni sa propre personne, et beaucoup d’autres désagréments… 

C’est enfin une raison très personnelle qui m’a poussé dans l’aventure de l’écriture… À travers ce livre, je me suis lancé un défi. S’il y avait bien une chose que je me croyais incapable de faire un jour dans ma vie, c’était écrire un livre. Pour me mettre en situation d’échec, il me suffisait de me fixer cet objectif. J’étais en effet tiraillé depuis longtemps par des croyances contradictoires qui m’inhibaient : d’un côté, « tu ne sais pas écrire et tu n’as rien d’intéressant à dire » ; et de l’autre, « pour être quelqu’un de bien, tu dois savoir écrire, tu dois devenir un grand écrivain ». Il faut savoir que je partage une ascendance commune avec Victor Hugo (son grand-père est l’un de mes aïeux…). Du coup, depuis tout petit, je me croyais obligé de devenir un grand écrivain pour être quelqu’un de valable… C’est lourd à porter. Il m’a donc fallu faire un énorme travail pour écrire ce livre : technique bien sûr, mais aussi mental. Pour relever le défi, j’ai testé sur moi certains conseils que je donne dans le livre : entretenir sa motivation, faire le tir dans ses pensées, soigner son hygiène de vie, développer la patience et la persévérance, etc. 

s'ensortir

En quoi une thérapie peut aider à sortir de cette addiction ?

On peut sortir d’une addiction sans thérapie mais une thérapie est bénéfique – voire indispensable à un moment – pour une personne qui a été addicte. En effet, basculer dans une addiction vient toujours révéler des vulnérabilités et des limites. Le comportement compulsif est la manifestation d’une partie de soi blessée, immature, tyrannique. Ce faux-moi envahissant prend de temps en temps le contrôle, dans des situations trop difficiles à gérer sur le plan émotionnel. Dit autrement, une addiction est l’histoire d’une rencontre entre un malaise et un plaisir. Le cerveau associe les deux et finit par avoir besoin systématiquement du second pour anesthésier le premier, pour fuir au lieu d’affronter le problème. 

Par conséquent, un travail psychologique de fond est nécessaire. Souvent, il y a chez les personnes addictes une profonde blessure de l’estime de soi, un déficit d’identité. Les sentiments de honte, de culpabilité et d’illégitimité prennent trop de place. On constate aussi toujours un manque de confiance en soi et d’estime de soi. Pour reprendre le contrôle, il est donc nécessaire de travailler sur ces différents aspects, tout en développant la motivation. 

Découvrir la thérapie que propose Tanguy

Peut-on vraiment en suivant ces 10 étapes, arrêter la pornographie ?

Je veux souligner d’abord que la méthode proposée dans Délivré n’est pas une recette miracle ! Il ne « suffit » pas de l’appliquer à la lettre pour s’en sortir. Je suis très vigilant vis-à-vis des excès du développement personnel associées à ceux du marketing. C’est un très mauvais cocktail : promesses à gogo, slogans ronflants, satisfaction garantie, grandes incantations, etc. Ces techniques bien rodées sont borderline sur le plan éthique quand on les utilise dans un contexte de souffrances psychologiques. Comment peut-on faire des promesses quand on parle d’addiction ?! Le message parfois véhiculé est le suivant : si tu fais exactement ce que je te dis, ça marchera, mais si ça ne marche pas, alors c’est ta faute ! À la clé, on retrouve souvent les émotions dont on cherche à se débarrasser : culpabilité, déception, désillusion. Il est nécessaire de rappeler aussi que le changement s’inscrit toujours dans le temps long : on travaille à l’échelle du mois, de l’année… de la vie ! Comme je le dis en introduction de mon livre, « gens pressés, passez votre chemin… ». 

Des difficultés à reprendre complètement le contrôle de son addiction peuvent subsister malgré une implication sérieuse dans la méthode : ce n’est pas honteux ! Cela peut signifier qu’il est temps de se tourner vers un professionnel compétent. Nous ne fonctionnons pas tous de la même façon : certaines personnes ont davantage besoin que d’autres d’être épaulées, de recevoir un regard complémentaire pour prendre de la hauteur. Une aide extérieure sera de toute façon bénéfique car elle permet de sortir de la toute-puissance enfantine, d’arrêter de tourner en rond en ayant comme seul référent la partie de soi addictive.

Une des conditions pour s’en sortir enfin est de renforcer sa motivation. Les personnes prisonnières d’une addiction ne manquent pas de volonté, mais… toujours de motivation. La motivation constitue le premier ingrédient du changement. L’une des dix étapes du livre est d’ailleurs consacrée à cette question. Une addiction constitue un dérèglement de la motivation. L’enjeu consiste donc à rééduquer son circuit de la récompense : celui-ci a pris la mauvaise habitude de consommer des plaisirs faciles et non mérités et de se détourner d’activités moins attirantes mais plus bénéfiques…

Aurais-tu un conseil à donner à ceux qui souhaitent sortir de ces comportements compulsifs liés à la sexualité ?


Dans mon livre, on trouve
toute une série de petites démarches à envisager pour enclencher une dynamique de libération. Exemples : 

Et enfin le conseil bonus : à partir du moment où la décision d’arrêter est effective, il est capital de ne plus tomber dans le piège de la dramatisation après chaque accident compulsif. Les dérapages font en effet partie intégrante du processus de sevrage. On ne perd pas une mauvaise habitude « comme ça », du jour au lendemain : le changement est forcément long et progressif ! C’est tout à fait normal qu’il y ait des envies et des accidents. Savez-vous quel est le point commun des personnes qui ont réussi à s’en sortir ? Elles se sont relevées après chaque accident… jusqu’à finir par ne plus tomber. Comme un enfant qui apprend à marcher, finalement ! Nous resterions tous à quatre pattes toute notre vie si nous baissions les bras à la première chute pendant l’apprentissage de la marche ! Il faut remplacer la dramatisation (s’enfermer dans la colère, la honte, la culpabilité, la tristesse, etc.) par le débriefing responsable et la réparation : pourquoi suis-je tombé cette fois, quelle mesure corrective puis-je prendre ? Un accident n’est pas un échec si on en tire une leçon. Débriefer transforme un dérapage en une expérience utile ! On peut remplacer la fausse promesse qui suit la glissade (« je ne recommencerai jamais ») par une initiative concrète pour améliorer sa stratégie. C’est tout le sens de l’un des protocoles d’urgence que je présente dans mon livre : le PRADO (« protocole pour repartir après un dérapage olé olé »).

Tanguy Lafforgue, Coach et thérapeute

www.coeur-hackeur.fr

 

 

Pour lire plus :