cerveau
10thAoût

Le cocktail sexuel de ton cerveau

Dans cet article, nous vous proposons de comprendre ce qu’il se passe dans notre cerveau. Découvrons ensemble le cocktail sexuel de notre cerveau.

Les substances neurochimiques à l’origine du sexe

L’expérience habituelle n’est qu’une partie de l’équation de l’apprentissage. Après tout, les gens font l’expérience d’une variété d’activités qui ne restent jamais. En fait, vous faites probablement certaines choses encore et encore dans le but d’apprendre quelque chose de nouveau et vous êtes incroyablement frustré de ne pas y arriver, par le manque de progrès. 

Alors pourquoi le porno a-t-il un tel impact ? Pourquoi de nombreux thérapeutes, psychologues et neuroscientifiques insistent sur le fait qu’il crée une dépendance ? En bref, cela a beaucoup à voir avec le terme thérapeutique « attachement ». Les thérapeutes et les neurologues utilisent ce terme pour décrire comment le cerveau se lie neurochimiquement et se souvient de la façon de réagir à un stimulus.

Ce n’est pas tant la stimulation [l’image, la vidéo, l’expérience,etc.], c’est ce qui est fait avec la stimulation« , a déclaré Weiss. “L’excitation initiale de la nouveauté est présente, mais elle ne constitue pas une menace tant qu’elle n’est pas liée à l’expérience sexuelle [par la masturbation].« 

L’attachement à la pornographie peut être très fort car la masturbation et l’orgasme produisent un feu d’artifice d’éléments neurochimiques et la répétition construit des voies neuronales permettant la mise en place de  modèles de comportement.Les épisodes sont encore renforcés avec d’autres sentiments, dont la peur de se faire prendre, le secret et la nouveauté. Cette explosion chimique et hormonale amène l’apprentissage à un tout autre niveau. Les gens se souviennent souvent de leur premier orgasme, y compris où ils étaient et comment cela s’est passé, même si cette expérience a eu lieu il y a plusieurs dizaines d’années. Pourtant, ils ne se souviennent probablement pas beaucoup d’autres souvenirs de ce jour-là, sauf si c’était le jour de leur mariage ; ou que les événements aient été traumatisants.

Cette chimie du cerveau joue un rôle majeur dans la création de voies neuronales qui établissent les schémas de comportement et les déclencheurs qui incitent une personne à adopter un comportement spécifique. Pour mieux comprendre comment ces substances chimiques permettent l’apprentissage sexuel, voici la liste de base et les rôles qu’elles jouent.

 

Dopamine – super-héros !

La dopamine est l’un des super-héros du cerveau car elle possède de nombreux pouvoirs.

Si quelqu’un pouvait siphonner votre dopamine, ce serait pire que d’être assis dans une chambre forte de Kryptonite. Même Superman ne ferait pas grand chose. Il ne pourrait même pas manger ou boire. La dopamine concentre votre attention sur n’importe quelle tâche à portée de main et vous motive à aller de l’avant.

Elle active ou renforce les récompenses des circuits qui vous font vous sentir bien, et elle joue également un rôle majeur dans la mémoire. Elle nous aide à nous rappeler ce qui est important dans notre environnement, et à se souvenir de la réponse appropriée face à un stimulus, selon le Dr Williams Struthers, bioneurologue.

La dopamine « alimente la tension et l’envie de satisfaire un besoin« , écrit-il dans Wired for Intimacy : How Pornography Hijacks the Male Brain. C’est la raison pour laquelle la dopamine est libérée en réponse à toutes les drogues de dépendance, et joue un rôle dans de nombreux troubles affectant la motivation et l’attention, tels que les troubles obsessionnels compulsifs et les addictions comportementales.

Essentiellement, la dopamine aide le cerveau à se rappeler ce qui est intéressant et comment y répondre. Elle concentre l’esprit sur une tâche spécifique tout en ignorant les autres préoccupations, en disant : « Hé, fais ceci maintenant ! » Elle fournit une récompense neurologique qui fait du bien, et aide à avoir envie d’une plus grande activité.

Sans aucun doute, la dopamine est soit un super-héros, soit un super-ennemi, selon qu’une activité affecte une personne positivement ou négativement.

Testostérone – l’hormone de l’excitation et du désir sexuels

Souvent citée comme l’hormone masculine (bien que les femmes en aient en quantité moindre), la testostérone augmente de façon spectaculaire l’excitation et le désir sexuels, écrit Mark Kastleman dans The Drug of the Nouveau millénaire : The Brain Science Behind Internet Porn Use. Il s’agit d’une hormone qui est libérée chez les hommes tout au long de la journée ; mais lorsque des signaux sexuels sont captés par le cerveau, les testicules augmentent leur production.

C’est pourquoi la castration est utilisée pour supprimer la pulsion sexuelle chez les eunuques et les délinquants sexuels, explique Struthers.

La pornographie (et l’imagination fantaisie mentale qu’elle permet) fabrique un cerveau qui génère constamment de la testostérone et augmente le désir sexuel. Avec ce désir sexuel omniprésent, le cerveau est prêt à interpréter n’importe quel signal (externe ou interne) et augmenter l’importance du  besoin perçu d’une activité sexuelle. Il est intéressant de noter que les hommes ayant un fort sentiment d’engagement envers leur épouse ont tendance à avoir des niveaux de testostérone plus faibles. C’est peut-être une raison pour laquelle ces hommes sont moins susceptibles de commettre l’adultère. 

La testostérone étant lente à se dissiper, les hommes qui regardent régulièrement de la pornographie provoquent leur propre déséquilibre chimique. Ce niveau élevé de testostérone augmente leur conscience sexuelle bien au-delà de la normale. Les objets du quotidien suscitent des fantasmes sexuels et même les femmes habillées modestement sont considérées comme provocantes.

Norepinephrine – hormone de la vigilance

La norépinéphrine est un neurotransmetteur souvent associé au stress et à une situation de combat / fuite, nous aidant à être plus vigilants. Elle agit également comme une hormone pour l’excitation et la mémoire sexuelle, et elle nous aide à graver les expériences émotionnelles dans notre esprit. Qu’il s’agisse d’une merveilleuse expérience sexuelle avec notre épouse ou une image sexuelle provocante, l’information est stockée avec un accès facile à l’aide de la norépinéphrine.

Ocytocine – hormone du lien affectif

L’ocytocine est souvent appelée l’hormone du lien affectif, et elle est libérée en grande quantité lorsque les mères et les pères tiennent leur nouveau-né dans leurs bras. On l’appelle souvent l’hormone du câlin parce que le taux d’ocytocine augmente lorsqu’un couple se blottit, se tient la main ou exprime d’autres formes d’intimité. L’ocytocine est l’une des raisons pour lesquelles un baiser est si puissant.

Elle joue également un rôle important dans l’attachement sexuel au partenaire et déclenche les contractions pendant l’orgasme masculin. Dans ses séminaires, le Dr Todd Bowman du Lifeline Counseling Center encourage les couples mariés à avoir des rapports sexuels en face à face, avec un maximum de contact avec la peau, afin de libérer au maximum cette substance chimique qui crée le lien.

L’ocytocine étant également libérée lors de l’orgasme, elle peut avoir un impact négatif pour l’utilisateur de porno. Au lieu de se lier à un partenaire réel, le cerveau du spectateur de porno se lie à l’image, à la vidéo ou à la situation, surtout lorsque l’activité est renforcée.

 

Vasopressine – sentiment d’attachement et de liberté

Travaillant de concert avec l’ocytocine, la vasopressine favorise également les sentiments d’attachement et est libérée lentement pendant l’activité sexuelle et au moment de l’orgasme. Comme pour l’ocytocine, la libération de la vasopressine pendant le visionnage de porno et la masturbation contribue à renforcer l’attachement d’une personne à ce comportement.

Opiacés endogènes – soulagement de douleur

L’être humain a été conçu pour vivre une expérience sexuelle extraordinaire. Le corps produit des opiacés naturels où opiacés endogènes qui, pendant l’orgasme, soulagent la douleur et procurent un sentiment de transcendance et d’euphorie. Pensez à l’opium, produit naturellement par le corps.

Sérotonine – Calme et bien-être

La sérotonine est libérée après l’orgasme et apporte des sentiments de calme, de bien-être et de satisfaction. Des niveaux élevés de sérotonine diminuent la motivation sexuelle. Ces facteurs expliquent pourquoi les hommes sont souvent accusés d’être d’être prêts à faire une sieste après le sexe. 

Un récapitulatif chimique

Bien sûr, il y a plus en jeu que cette liste neurochimique de base, mais elle fournit un point de départ pour comprendre comment les gens perçoivent les signaux sexuels, permettant à ces signaux d’attirer notre attention, ce qui nous permet d’agir.

Lorsqu’un homme voit sa compagne ou de la pornographie et qu’il est stimulé sexuellement, y compris par l’imagination, son excitation est accrue et ses pensées sont focalisées par la dopamine, la testostérone, et la norépinéphrine. Si le sexe ou l’auto-sexualité est recherché, ces substances chimiques focalisent encore plus l’attention de son cerveau et restreignent ses pensées sur l’expérience sexuelle. Ces substances chimiques et d’autres sont également actives chez les femmes pendant l’excitation ; de plus, les perceptions, les sentiments, les longs souvenirs, et les choix cognitifs jouent un rôle majeur.

Pendant les rapports sexuels ou la masturbation, les gens ont la version sexuelle de la vision en tunnel, car beaucoup de ces produits chimiques initiaux sont combinés avec la libération lente d’ocytocine et de vasopressine. Les inquiétudes et les préoccupations s’évanouissent souvent et l’esprit se concentre sur la détente sexuelle.  Les contractions de l’orgasme sont liées à la libération par le cerveau d’opiacés endogènes. De même, ces opiacés et dopamine désactivent les parties du cerveau responsables de l’anxiété, ajoutant l’euphorie à l’élimination de la peur.

Bien sûr, votre crâne est plus qu’une baignoire chimique. Toutes ces hormones et neurotransmetteurs interagissent en fait avec le cerveau physique et ses connexions neuronales. Le chapitre suivant explorera comment le cerveau forme sa compulsion et sa dépendance à la la pornographie. 

Source : Porn Circuit – Covenant Eyes – Traduit de l’anglais au français – LITD

Pour lire plus :

 

Pour libérer son cerveau de la pornographie et de la masturbation c’est ici !

 

Laisser un commentaire.